Fermer
Fermer
Fermer
1500x646_vignette

CITROËN TOTAL ABU DHABI WRT SUR LA BONNE VOIE

Décidément, le Championnat du Monde des Rallyes 2017 se confirme comme l’un des plus indécis depuis de nombreuses années ! En Suède, Citroën Total Abu Dhabi WRT a atteint une partie de ses objectifs grâce aux jeunes Craig Breen et Stéphane Lefebvre. Sans sous-estimer l’ampleur du défi, l’équipe progresse assurément dans la bonne direction avant la première manche sur terre.

LE FILM DE LA COURSE POUR LES C3 WRC

Jeudi soir, l’épreuve était lancée lors de la super spéciale de Karlstad. Tous les équipages attendaient toutefois le vendredi matin pour sortir la « maximum attack » dans les forêts du comté de Värmland.

Les Citroën C3 WRC se montraient à leur avantage en début de course, avec le deuxième temps de Kris Meeke dans l’ES2 et le troisième de Craig Breen dans l’ES3. À mi-journée, Kris occupait la troisième position du général, tandis que Craig était huitième à moins de vingt secondes de son équipier.

Lors de la seconde boucle, Meeke était confronté à une usure excessive de ses pneumatiques Michelin X-Ice North 3 et il devait céder la troisième place. Après avoir endommagé l’aérodynamique de sa C3 lors d’un contact avec un mur de neige, Breen composait quant à lui avec un comportement dégradé. Il restait huitième, mais avec des écarts accrus.

« Il est évident qu’il nous reste du travail pour exploiter tout le potentiel de notre voiture dans certaines conditions. Sur ce terrain, nous étions performants au premier passage dans les spéciales », notait Yves Matton, Directeur de Citroën Racing. « Il nous reste à comprendre pourquoi nos pilotes sont moins à l’aise au deuxième tour. »

Samedi, Kris Meeke ne masquait pas sa déception en voyant les secondes s’envoler. Malgré un pilotage le satisfaisant, le Britannique reculait au cinquième rang. L’après-midi, il commettait une erreur dans Vargåsen 2 : après avoir manqué un virage, la C3 plongeait dans un fossé rempli de neige. Aussitôt, les spectateurs accouraient pour remettre la voiture sur la route, mais huit minutes s’écoulaient…

La journée de Craig était plus positive. Évitant les erreurs de la veille, l’Irlandais gagnait des positions au fil des faits de course. Lors de son retour à Torsby pour l’assistance et le parc fermé, il pouvait se satisfaire de la cinquième place provisoire. Le rallye se terminait par un sprint dominical, avec trois spéciales à disputer. Cherchant à préserver leur résultat, Craig Breen et Scott Martin ne prenaient pas de risques. Après le Monte-Carlo, ils terminaient à nouveau cinquièmes !

Douzièmes du classement général, Kris Meeke et Paul Nagle marquaient tout de même deux points en terminant la Power Stage au quatrième rang. Avec les deux Citroën C3 WRC à l’arrivée, Citroën Total Abu Dhabi WRT ajoutait 16 unités au Championnat du Monde ‘Constructeurs’.

PREMIÈRE ÉTOILE POUR STÉPHANE LEFEBVRE

Avec une seule participation en Suède – c’était en 2015 sur une DS 3 R5 – Stéphane Lefebvre faisait figure de rookie au départ de ce rallye. Sur une voiture de la génération 2011-2016, le Français se montrait convaincant, avec une course bien maîtrisée.

La première journée était consacrée à l’apprentissage, avec un bond significatif de performance au second passage dans les spéciales. Samedi, il devait composer avec le rôle du balayeur en raison de sa deuxième position dans l’ordre des départs. Cela ne l’empêchait pas de grimper jusqu’à la huitième place, un résultat qu’il concrétisait le dimanche.  

Sans pression liée à l’importance des points pour le Championnat du Monde ‘Constructeurs’, Stéphane profitait donc de l’opportunité de progresser sur un terrain unique. Cette prestation sera également de nature à le placer dans les meilleures conditions avant le Rallye du Mexique (9-12 mars), qu’il disputera sur une C3 WRC.

LE BESOIN DE CONCRÉTISER

« Nous pouvons être satisfaits d’avoir eu une fiabilité parfaite ce week-end », souligne Yves Matton. « En atteignant les objectifs que nous leurs avions fixés, Craig et Stéphane contribuent largement au volet positif de notre bilan. Craig est arrivé à combiner la performance aux moments où il se sentait le plus à l’aise avec la voiture et un rythme plus mesuré quand c’était nécessaire. En étant confronté à une grande variété de conditions, Stéphane a appris à gérer une telle course. Le résultat est positif en considérant sa faible expérience sur la neige. »

« Le bilan est plus nuancé pour Kris. Il a éprouvé quelques difficultés à être en osmose avec la voiture sur la variété de terrains rencontrés. Dans ces conditions, il n’est pas évident de faire grandir sa confiance », ajoute le Directeur de Citroën Racing. « Gageons que la situation sera différente au Mexique, sur un terrain plus constant pour l’ensemble du rallye. »

Top